Terre de bruyère : bien la connaître pour l’utiliser efficacement

De nombreuses plantes comme le rhododendron, l’hortensia, le rosier, l’érable du Japon, l’azalée et le camélia ont besoin d’un sol acide pour leur floraison. Elles sont dites acidophiles.
Vous souhaitez inviter ces arbustes dans votre jardin ? C’est tout à fait possible ! Il suffit d’utiliser de la terre de bruyère à la place du terreau, une terre au pH faible, pauvre en calcaire.
Attention, toutefois, ce substrat acide ne s’emploie pas n’importe comment. Pour que votre plante puisse profiter de ses qualités, il doit être mélangé.
Avec quelles plantes l’employer ? Comment bien l’utiliser ? Tous nos conseils dans cet article.

Pourquoi utiliser de la terre de bruyère ?

Vous souhaitez planter des fleurs comme le rhododendron, l’azalée ou le camélia dans votre jardin ? Pour profiter d’une jolie floraison, ces plantes ont besoin d’un sol spécifique, riche en acide et pauvre en calcaire.
Votre sol n’a pas les qualités requises pour permettre ce type de plantation ? La solution : utiliser de la terre de bruyère pour créer les conditions idéales.

Quelles sont les plantes acidophiles ?

Les plantes acidophiles se développent exclusivement sur un sol dont le pH est inférieur à 7. Ce type de sol se caractérise par une forte teneur en fer, aluminium et manganèse.
Voici quelques-unes des plantes acidophiles les plus connues et les plus appréciées dans le jardin :

  • l’azalée ;
  • le rhododendron ;
  • le camélia ;
  • le magnolia ;
  • l’hortensia à fleurs bleues ;
  • l’érable du Japon ;
  • les bruyères ;
  • le rosier.

Ces arbustes, plants et fleurs peuvent être cultivés en pots ou en pleine terre.

Qu’est-ce que la terre de bruyère ?

La terre de bruyère est un substrat à l’acidité élevée, au pH supérieur à 5. On la trouve à l’état naturel dans les sous-bois, aux pieds des arbres. Elle résulte de la décomposition des bruyères.
Rare en France et donc cher, ce terreau naturel est plus souvent remplacé par de la terre dite de bruyère. Ce substrat possède des caractéristiques équivalentes à la terre de bruyère.
Sa composition varie selon les fabricants. La plupart des produits contiennent les éléments suivants :

  • de la terre siliceuse ;
  • des fibres végétales ;
  • du compost ;
  • de la tourbe brune ou de la tourbe blonde ;
  • un peu de sable ;
  • de l’engrais ;
  • des aiguilles de pin.

Les inconvénients de la terre de bruyère

Très acide, la terre de bruyère pure détruit les plants si elle est utilisée seule. Elle contient également trop peu d’éléments nutritifs. Au printemps, elle se réchauffe rapidement, favorisant la floraison précoce de vos rosiers et autres plants. En cas de gelées tardives, cela peut représenter un véritable problème.
Dernier écueil : ce substrat ne retient pas l’eau. En hiver, les plantes vivaces préfèrent les sols bien drainés, mais en été, la perméabilité de la terre devient un véritable inconvénient.
Pour éviter que vos plants ne meurent une fois en terre, voici quelques conseils pour bien utiliser la terre de bruyère.

Comment utiliser la terre de bruyère ?

Qu’il s’agisse de véritable terre de bruyère ou de terre dite de bruyère, voici comment l’utiliser pour obtenir des plantes vigoureuses :

  • Terre de bruyère pure : mélangez 1/4 de terre pure avec 1/4 de feuilles, 1/4 de terre franche et 1/4 de substrat drainant.
  • Terre dite de bruyère : réalisez un mélange avec 50 % de terre dit de bruyère et 50 % de terre du jardin.

Pour une plantation en pot à l’intérieur ou à l’extérieur, vous pouvez utiliser de la terre dite de bruyère pure.

Comment choisir sa terre dite de bruyère ?

Pour favoriser la floraison de vos arbres, arbustes et plantes acidophiles, utilisez un produit de qualité. La terre dite de bruyère inclut souvent de la tourbe. Or, les tourbières sont menacées. Pour des raisons écologiques, mieux vaut privilégier les produits qui n’en contiennent pas.
Le prix de la terre de bruyère est plus élevé que celui d’un terreau universel classique, mais il y va de la beauté de vos plants ! En France, comptez une vingtaine d’euros pour un sac de 40 litres. La quantité est à choisir en fonction de la taille de votre potager ou du nombre de pots.
En cas de besoin important, le prix peut rapidement grimper. Voici quelques solutions alternatives.

Par quoi remplacer la terre dite de bruyère ?

Vous n’avez pas de terre dite de bruyère pour votre potager à disposition ? Pour acidifier votre sol, vous pouvez utiliser les substrats suivants :

  • Des aiguilles et des écorces de pin : des aiguilles de pin et quelques morceaux d’écorces en décomposition ajouteront de l’acidité au niveau du sol. Parsemez-en aux pieds de votre rosier, magnolia et autres arbustes.
  • Du terreau de feuilles : il est produit à partir de la fermentation des feuilles en décomposition. Plus riche en acidité que le compost classique, il peut être réalisé facilement, en entreposant les feuilles dans un silo grillagé.

Utiliser la terre de bruyère : derniers conseils de jardinage

Pour un jardin coloré et harmonieux, optez pour des plantes vivaces comme l’hortensia. Capable de passer l’hiver, cette plante appréciera l’ombre du bambou en été.
La clématite et le bambou forment également un beau duo, les chaumes de ce dernier offrant un support naturel pour la clématite.

Quelles que soient les fleurs privilégiées, utiliser un terreau adapté, c’est la garantie d’une belle floraison avec des couleurs soutenues pendant de nombreuses semaines.

Jardin de Verone : conseils pour créer un jardin italien